http://www.geriatrie-albi.fr

Quels désirs ?

mise en ligne le 28 décembre 2004

 

Enquête réalisée par Carole CORBIERE en septembre 2004

Adresse mail de l'auteur de ce texte : carole.fabien@tiscali.fr

INTRODUCTION :

            Avec l’allongement de l’espérance de vie, les personnes âgées prennent une place de plus en plus importante de nos jours. Cependant, on se préoccupe encore peu de leurs désirs, surtout lorsqu’elles deviennent dépendantes.

            Le but de cette enquête a donc consisté à étudier les désirs des résidents du Service de Soins de Longue Durée du Centre Hospitalier d’Albi. De manière plus précise, nous avons cherché à savoir quelles étaient les diverses occupations qu’appréciaient les personnes âgées, si elles souhaitaient autre chose que ce qui leur était proposé. Puis, nous leur avons demandé leurs souhaits particuliers.

MATERIEL :

            Pour mener cette enquête, nous avons utilisé un questionnaire composé de huit questions principales : questions ouvertes et questions fermées. Le questionnaire peut être consulté à la page suivante au format Word : StagequestionnaireAlbi.doc

            Les patients ont été interrogés dans leur chambre afin de ne pas être soumis à des influences extérieures. Après avoir obtenu l’accord de la personne pour répondre, chaque question lui a été lue. Elle n’avait alors qu’à donner sa réponse à voie haute pour éviter les contraintes de lecture et d’écriture.

RESULTATS :

           Sur 87 présents en septembre 2004, le nombre de personnes interrogeables a été de 24 (soit 27 %) : six hommes et dix-huit femmes, âgés de 60 à 97 ans et d’âge moyen 85 ans et 7 mois. La durée moyenne d’institutionnalisation dans le service pour ces patients, au jour de l’enquête, est de 1 an et 5 mois (durée de séjour comprise de 1 mois à 5 ans).

            Parmi les propositions faites, la majorité des patients (21) apprécient les visites. En effet, les journées peuvent paraître longues : les visites forment ainsi une cassure dans la routine parfois difficile à supporter. Il s’agit donc de voir d’autres personnes que celles qui effectuent les soins.

            Viennent ensuite la messe (17), la télévision (15), et discuter avec une seule personne (13). En effet, la messe est l’occasion de sortir de sa chambre, de rencontrer quelques personnes et surtout de préserver une continuité spirituelle. Quant à la télévision, elle fait passer le temps et permet de se tenir au courant des actualités. La moitié des patients aime écouter de la musique (surtout les chansons d’autrefois), sortir (peu importe la destination étant donné que les sorties sont plutôt rares) et lire (romans, magazines, journaux). Dix sujets apprécient qu’on leur « prenne la main », ce qui est un contact physique qui peut représenter un signe d’affection pour les personnes âgées. Il faut rappeler que beaucoup d’entre elles ne peuvent plus communiquer verbalement. Le contact physique prend alors une importance accrue.

            Les activités les moins sélectionnées sont les activités manuelles et la lecture de récits par une autre personne. Souvent, les personnes âgées faisaient des activités manuelles dans leur passé mais leur déficit ne leur permet plus à présent de les réaliser. Seulement neuf personnes apprécient le téléphone, regarder des films et les massages.

            Concernant les animations, un peu moins de la moitié des sujets ont plaisir à y aller et voudraient qu’il y en ait davantage. Parmi ces animations, le loto, le chant et les fêtes sont les plus appréciés. Cependant, parmi les autres patients, peu y sont déjà allés donc ne savent pas vraiment ce qu’il en est. De plus, une seule animatrice intervient dans tout le service ce qui ne lui permet pas de s’occuper de tous les résidents.

            Les questions ouvertes nous ont permis de faire ressortir diverses informations. Tout d’abord, à la question  2 : "qu’est-ce qui ne vous fait pas plaisir ?" , trois personnes ont répondu le bruit. En effet, certains ont cité les portes qui claquent ce qui est très gênant. Une autre personne n’aimait pas « aller au fauteuil », la position couchée étant plus confortable. Une personne âgée a fait référence à « la grossièreté » des personnes qu’elle est susceptible de rencontrer, et une dernière à  sa voisine bruyante et au personnel parfois désagréable.

Par contre, grâce aux questions ouvertes, les patients ont pu exprimer les désirs suivants :

                        - partir à la maison

                        - ne plus être dépendant

                        - courir à nouveau, être comme avant la maladie

                        - marcher un peu

                        - sortir

                        - aller à la messe

                        - avoir davantage de rangement

                        - avoir davantage d’animations

                        - avoir davantage de visites

                        - voir ses enfants

                        - avoir le téléphone

                        - parler occitan

                        - parler patois

                        - rencontrer la femme de ma vie

                        - rester au lit              

            Ainsi, on trouve des désirs irréalisables à cause de l’état de la personne, de sa maladie. La personne en est bien consciente mais c’est parfois la seule chose qui la satisferait. Cependant, certains vœux peuvent tout à fait être réalisés.

            Nous avons aussi voulu nous intéresser de manière plus spécifique aux visites des patients. En étudiant cette question, nous avons remarqué que 65 % des visiteurs étaient des femmes. En effet, plus de femmes que d’hommes sont des visiteurs. Cependant, les hommes font des visites plus fréquentes c'est-à-dire une fois par semaine, alors que les femmes viennent moins d’une fois par semaine à une fois par semaine.

            En observant l’origine des visiteurs, on remarque que :

                        - 52% sont des membres de la famille,

                        - 38% sont des membres d’une association, aumônerie comprise. Etant donné que certains résidents ne faisaient pas la distinction entre les bénévoles des diverses associations, nous n’avons pas fait de distinction entre eux.

            Puis, en dernière position, on trouve les amis et voisins (10 %).  En effet, la vie en institution deviendrait une contrainte pour les amis du patient par la connotation négative de l’institution elle-même mais aussi par l’éloignement géographique. De plus, contrairement à la famille, les amis ne se sentent pas forcément obligés de rendre visite. Nous pouvons faire un constat intéressant : seulement la moitié des visiteurs sont des personnes de la famille du patient alors qu’une importante partie des autres visiteurs sont des bénévoles. Ces derniers prennent donc une place très importante dans le service.

CONCLUSION :

            Il faut préciser que le questionnaire n’a pas pu être proposé à toute la population, loin de là, à cause de la faible proportion des personnes pouvant répondre. Cependant, les données obtenues ont permis de faire divers constats qui peuvent être exploités. On pourrait mieux développer les activités qu’aiment les personnes âgées et faire en sorte d’améliorer leur situation individuellement et collectivement.


Ecrire à l'auteur du site : Bernard Pradines

 

Retour à la page d'accueil