Nouveautés sur le site

Dernière mise à jour le 17 juillet 2015

Les éléments les plus récents apparaissent en premier dans la liste ci-dessous :  


http://geriatrie-albi.fr/FA-31_21-09-15.pdf


Programme :

http://www.geriatrie-albi.fr/prog_cong_sp_paris2015.pdf

Inscription :

http://www.geriatrie-albi.fr/bi_congres_sp_20153.pdf



Source :


Machado GC, Maher CG, Ferreira PH, Pinheiro MB, Lin CW, Day RO, McLachlan AJ, Ferreira ML. Efficacy and safety of paracetamol for spinal pain and osteoarthritis: systematic review and meta-analysis of randomised placebo controlled trials. BMJ. 2015 Mar 31;350:h1225.


Texte complet à l’adresse :

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4381278/pdf/bmj.h1225.pdf


Synthèse des enquêtes d’appréciations du congrès du 26 mars 2015 relatif à l'éthique en gériatrie en cliquant sur le lien ci-dessous :


http://www.geriatrie-albi.fr/synthese_ethique_geriatrie_26-03-15.pdf 


Texte complet : http://www.geriatrie-albi.fr/ hydroxyzine_ANSM_30-04-15.pdf


Café-mémoire le samedi 18 avril 2015 à Albi sur le thème des mesures de protection

 

Bientôt à Marmande :


Annonce d'un congrès relatif aux démences et aux douleurs à Paris le 5 juin 2015 :

http://www.geriatrie-albi.fr/Douleurs_demences_Paris_05-06-15.pdf

Ci-dessous la proposition de loi sur la fin de vie qui a été adoptée ce mardi 17 mars 2015 à l'Assemblée nationale, par 436 voix pour, 34 contre et 83 abstentions.

J'ai surligné en jaune les passages nouveaux ou précisés par rapport à la loi du 22 avril 2005 et à ses décrets d'application du 6 février 2006 et du 29 janvier 2010 :

http://www.geriatrie-albi.fr/pion2512surlignee.pdf

La douleur est une préoccupation quotidienne lors des plaies chroniques si fréquentes chez les personnes âgées. Il s'agit de la plus fréquente des situations de douleurs liées aux soins dits "techniques". De plus, l'approche en est trop souvent empirique, parfois seulement argumentée sur la publicité des pansements, fragmentée dans son approche entre aides-soignants, infirmiers et médecins.


Parallèlement le vieillissement de la population et l’allongement de la durée de vie contribuent à l’augmentation de la prévalence des plaies aigues et surtout chroniques chez le patient âgé. 


La prise en charge des patients porteurs de plaies chroniques est un enjeu à la fois médical, social et économique. 


Une approche simplement médicale et/ou chirurgicale des plaies diabétiques, des ulcères de jambes, des escarres et des plaies du sujet âgé ne suffit pas. Une prise en charge globale et multidisciplinaire s’impose.


Aussi, je voudrais vous indiquer un congrès prochain à Marseille en avril 2015 dont les intervenants sont des acteurs connus et de terrain :


http://www.geriatrie-albi.fr/programme_congres_les_plaies_chroniques.pdf

Editoriaux parus dans AgeVillage en 2015 sur le thème de la dénutrition

Ma grand-mère ne mange plus ! Que faire ? 1ère partie : Comprendre
Ma grand-mère ne mange plus ! Que faire ? 2ème partie : Dénutrition, quelles conséquences ?
Ma grand-mère ne mange plus ! Que faire ? 3ème partie : Quelles attitudes en dehors d’une fin imminente de la vie ?
Ma grand-mère ne mange plus ! Que faire ? 4ème partie : Quelles attitudes lors de la fin imminente de la vie ? 

Formation des aides soignantes : http://www.geriatrie-albi.fr/Format_part_Pru00E9pa_concours_AS.pdf

http://www.geriatrie-albi.fr/Prog_congres_ethique_en_geriatrie_2015.pdf

A Toulouse le 6 mars 2015 : http://www.geriatrie-albi.fr/affichette_RM_mars_2015-1.pdf

Ajout à la page relative aux contentions chez la personne âgée :

Le système SECURIDRAP*

Selon Willery (Willery et al, 2011), ce système n'est pas dénué d'effets indésirables : le patient se trouve en situation de danger menaçant son pronostic vital dans 5 cas sur 60, donnée qui apparait explicitement dans le texte intégral et non dans le résumé publié en ligne.

Source : Willery M, N’Gaido D, Camus F-E, Dujardin S. Le SECURIDRAP® : à propos d’un système de couchage de sécurité innovant pour les patients déments avec troubles du comportement. La Revue de Gériatire. Tome 36, n°3 mars 2011, pp145-52.

Stratégie de prise en charge en cas de dénutrition protéino-énergétique chez la personne âgée  (HAS 2007)

Stratégie de prise en charge en cas de dénutrition protéino-énergétique chez la personne âgée - Argumentaire (HAS 2007)



Une équipe de Boston (USA) publie en janvier 2015 les résultats d'une méta-analyse portant sur 33 243 patients  concernant les traitements non chirurgicaux et non physiothérapiques de l'arthrose du genou. Les substances comparées étaient le suivantes : placebo oral,  paracétamol, diclofénac, ibuprofène, naproxène, célécoxib,  corticoïdes intra-articulaires (IA), acide hyaluronique IA et placebo IA.

La douleur, la fonction et l'enraidissement étaient étudiés à trois mois. Pour la douleur, toutes les prescriptions s'avéraient préférables au placebo avec le meilleur effet pour l'acide hyaluronique IA et le moins bon pour le paracétamol.

La fonction était améliorée par toutes les prescriptions par rapport au placebo oral à l'exception des corticoïdes IA. Pour l'enraidissement, pas de différence entre les traitements.

Limitations de l'étude : pas de données à long terme, rapports insuffisant concernant la sécurité, biais possibles et peu de comparaisons entre deux études.

En conclusion, les traitements IA s'avéraient plus efficaces que les AINS, peut-être à cause de l'effet placebo lié aux IA. Tous les traitements à l'exception du paracétamol montraient une amélioration significative par rapport à la situation de départ.

 

Remarques de l’auteur de ce site : le traitement de la gonarthrose et encore loin d’être standardisé ; par exemple, l’efficacité de l’acide hyaluronique IA est discutée. Si le paracétamol représente la première  ligne antalgique du fait de sa relative innocuité, de nombreuses incertitudes demeurent qui amènent à moduler le traitement au cas par cas.

 

Source : Bannuru RR, Schmid CH, Kent DM, Vaysbrot EE, Wong JB, McAlindon TE. Comparative Effectiveness of Pharmacologic Interventions for Knee Osteoarthritis: A Systematic Review and Network Meta-analysis. Ann Intern Med. 2015 Jan 6;162(1):46-54.

Prochains "cafés-mémoire" organisés par France Alzheimer dans le Tarn :


http://www.geriatrie-albi.fr/1_ALBI__17.01.2015.pdf


http://www.geriatrie-albi.fr/1_CASTRES___10.01.2015.pdf

Quels sont les facteurs prédictifs de la douleur persistante (chronique) après prothèse totale du genou ? C’est la question à laquelle a voulu répondre une équipe néo-zélandaise à d’aide d’une revue de la littérature et d’une méta-analyse portant sur près de 30 000 patients.


En conclusion, la dramatisation, la santé mentale, la douleur préparatoire du genou et la douleur située dans d’autres localisations sont les plus forts facteurs prédictifs indépendants de douleur persistante après prothèse totale du genou.


Source :

Lewis GN, Rice DA, McNair PJ, Kluger M. Predictors of persistent pain after total knee arthroplasty: a systematic review and meta-analysis. Br J Anaesth. 2014 Dec 26.

 

Par ailleurs, l'ANSM a publié en septembre 2014 de nouvelles informations sur la toxicité de cette substance : http://ansm.sante.fr/content/download/66703/852839/version/2/file/DHPC_140903_Prolia.pdf


Enfin, l'HAS a précisé la place de cette molécule en décembre 2011 :

 

Insuffisant

Au regard des thérapies existantes, le service médical rendu par PROLIA est insuffisant dans la perte osseuse associée à un traitement hormono-ablatif chez les hommes atteints de cancer de la prostate.

Important

Le service médical rendu par PROLIA est important dans le traitement de l'ostéoporose post-ménopausique en relais des bisphosphonates.

 

Rappel de mon court résumé envoyé hier :

Les métastases osseuses sont un souci quotidien du fait de leur caractère douloureux. Dans la panoplie antalgique, outre les AINS, les opioïdes, les biphosphonates, la chirurgie et la radiothérapie, il faut désormais compter aussi avec un anticorps monoclonal, le denosumab qui, selon une étude américaine,  pourrait avantageusement être comparé au zalendronate.

 

Source ;

Patrick DL, Cleeland CS, von Moos R, Fallowfield L, Wei R, Öhrling K, Qian Y. Pain outcomes in patients with bone metastases from advanced cancer: assessment and management with bone-targeting agents. Support Care Cancer. 2014 Dec 23.

Le film "Flore" sera projeté le 8 janvier 2015 à Carmaux (Tarn - France)


http://www.geriatrie-albi.fr/Flore_carmaux08-01-15.pdf

Voir les courts commentaires sur le blog "Gérontoliberté" :

http://free.geriatrics.overblog.com/2014/12/il-faut-voir-le-film-flore.html

Voir l'annonce :

 

 





Les études concernant les médicaments antalgiques sont effectuées en comparant leurs effets à un placebo réputé neutre. Or, il est admis que le placebo peut posséder  lui-même un effet antalgique par le biais de l’effet placebo.

Sinon, écrit le médecin urgentiste David Newman dans son livre « Hippocrate’Shadow», comment expliquer les faits suivants dans le domaine de la douleur :

·         Le fait de prendre deux comprimés de placebo (par exemple de sucre) soulage davantage la douleur, produit un effet stimulant ou sédatif ou guérit des ulcères gastriques plus rapidement (variable selon les études) que d’en prendre un seul.

·         Les comprimés de placebo comportant un nom commercial sont plus efficaces contre la douleur que la même présentation sans nom commercial.

·         Bien qu’une acupuncture simulée réduise les migraines autant que la vraie acupuncture, les deux réduisent davantage les douleurs migraineuses que l’absence de traitement.

·         Les variations des dosages d’endorphines sont sensibles  à l’effet placebo.

En résumé, l’effet placebo vient troubler la validité des comparaisons nécessaires pour affirmer l’efficacité d’un traitement antalgique. 

Rappel éthique personnel : à mon avis, il convient d’utiliser toujours l’effet placebo, jamais un placebo en pratique clinique sans information et accord du patient.

Source : http://www.nytimes.com/2014/10/14/upshot/placebos-help-just-ask-this-health-economist.html?emc=edit_tnt_20141013&nlid=1675735&tntemail0=y&_r=0&abt=0002&abg=1

·        Le 9 octobre 2014

Dans le cadre des échanges des Espaces Ethiques, nous vous invitons à partager une soirée conférence-débat autour de la thématique suivante :



Le soignant peut-il donner de l’espoir au patient ?


Le dilemme de l’incertitude du pronostic, l'écart entre l'espoir du patient et celui du médecin, entre le soignant tueur ou insuffleur d'espoir etc.

Les interventions seront menées par :


Christian Tannier, Neurologue et Docteur en Philosophie – Coordonnateur du comité d’Ethique du CH Carcassonne.


Dominique Blet responsable Douleur et Soins palliatif – Carcassonne



Le Jeudi 23 octobre 2014 à 20h30  : EHPAD de la Renaudié
rue du Dr Bouyssière
81000 ALBI.

Voir l’affiche de cette rencontre

·        Le 24 septembre 2014. Annonce d’une journée sur l’ergothérapie le 25 octobre 2014 à Albi : http://www.geriatrie-albi.fr/affiche_SNE_Albi.pdf

·        Le 22 septembre 2014. Bulletin d’inscription au congrès sur l’éthique en gériatrie le jeudi 26 mars 2015 à Toulouse :

http://www.geriatrie-albi.fr/bi_congres_ethique_2015.pdf

·        Le 20 septembre 2014. Adresse permanente du programme du congrès sur l’éthique en gériatrie le jeudi 26 mars 2015 à Toulouse :

http://www.geriatrie-albi.fr/Prog_congres_ethique_en_geriatrie_2015.pdf

 


 

Ecrire à l'auteur du site : Bernard Pradines

Retour à la page d'accueil