Un drame encore tabou : les contentions

 Mesures de restriction de liberté (MRL) chez les personnes âgées en établissement

 

Dernière mise à jour le 31 janvier 2015

 

Plan :

Introduction

I. Les contentions physiques (ou mécaniques) : elles peuvent être appliquées au fauteuil ou au lit du résident.

A. Définitions des MRL par contentions physiques ou mécaniques

B. Indications et modalités pratiques d'utilisation des MRL physiques ou mécaniques

C. Glossaire

D. Propositions de classification des contentions physiques par l'auteur de ce site

E. Prévalence de la contention physique au fauteuil

F. Prévalence de la contention physique au lit

G. Données de la littérature concernant la contention physique

II. Les contentions architecturales

A. Définition

B. Modalités pratiques d'utilisation

C. Commentaires

III. Les contentions pharmacologiques (ou médicamenteuses) utilisent des psychotropes, c'est à dire des médicaments psychoactifs

A. Définition

B. Quels médicaments sont employés ?

D. Données de la littérature concernant la contention pharmacologique

IV. Les contentions psychologiques

A. Définition

B. Modalités pratiques d'utilisation

C. Commentaires

V. Les contentions : une situation anormale qui se prolonge

Conclusion

Bibliographie


Introduction

Dans les pays démocratiques qui se font fort d'assurer la libre circulation des personnes, les contentions ou mesures de restriction de liberté (MRL), quelles que soient leur forme, posent d'énormes problèmes, inavoués et encore inavouables. Leur application, jugée potentiellement violente, apparaît de plus en plus comme un manque de respect et un défaut de reconnaissance de la dignité des personnes soignées. Par exemple, il existe une contradiction entre la charte des personnes âgées dépendantes et le principe des contentions. Les articles 1 et 3 stipulent :

 Extrait de l’article 1 - Choix de vie :

Toute personne âgée devenue handicapée ou dépendante est libre d’exercer ses choix dans la vie quotidienne et de déterminer son mode de vie.

Extrait de l’article 3 - Vie sociale et culturelle :

Toute personne âgée en situation de handicap ou de dépendance conserve la liberté de communiquer, de se déplacer et de participer à la vie en société.

De manière plus générale, les contentions sont susceptibles de violer les Droits de l'Homme (Martinent, 2013). Ainsi, écrit cet auteur, « pour les Droits de l’Homme, la contention est une mesure suspecte qui doit toujours être considérée comme étant exceptionnelle et subsidiaire et qui ne peut être mise en œuvre que dans des situations exceptionnelles en droit de la santé. »

Il est possible de distinguer quatre types de contentions :

- Les contentions physiques (ou mécaniques) : elles peuvent être appliquées au fauteuil ou au lit du résident.

- Les contentions pharmacologiques (ou médicamenteuses) utilisent des psychotropes, c'est à dire des médicaments psychoactifs.

- Les contentions architecturales.

- Les contentions psychologiques.

Envisageons-les :

I. Les contentions physiques (ou mécaniques) : elles peuvent être appliquées au fauteuil ou au lit du résident.

A. Définitions des MRL par contentions physiques ou mécaniques

1. L'Encyclopédia Universalis (version DVD 2003) propose les deux définitions suivantes pour le mot "contention". Seule la première s'applique à notre propos :

a) immobilisation d'un malade, d'un animal, pour mieux le soigner.

b) tension intellectuelle importante.

2. Quant à lui, le dictionnaire Logos de Bordas (1976) indique l'étymologie. Ce mot provient du latin contentio = lutte. Les trois définitions proposées sont les suivantes :

a) action de maintenir en place, spécialement un os fracturé.

b) ce qui sert à rendre immobile un animal que l'on veut ferrer ou opérer.

c) effort soutenu dans la tension de certaines facultés : la contention de l'intelligence, de la volonté.

3. Pour Nouvel F. (Nouvel F. et al. 1999), la contention consiste à restreindre, de façon plus ou moins sévère les initiatives motrices d'un individu.

4. Les recommandations de L'ANAES (Agence Nationale d'Accréditation et d'Évaluation en Santé devenue Haute Autorité de Santé) concernant les contentions (France, octobre 2000, adresse : http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/contention.pdf).

Elles proposent la définition suivante :

"La contention physique, dite passive, se caractérise par l'utilisation de tous moyens, méthodes, matériels ou vêtements qui empêchent ou limitent les capacités de mobilisation volontaire de tout ou d'une partie du corps dans le seul but d'obtenir de la sécurité pour une personne âgée qui présente un comportement estimé dangereux ou mal adapté."

Martinent (Martinent, 2013) fait remarquer que le terme de « contention passive » atténue les effets symboliques de la violence ainsi générée en l’opposant à la contention active.

Dans l'annexe 3 de ce document, deux précisions complémentaires sont apportées, relatives à la difficulté d'enlever la contention et à l'accès au corps :

"On appelle contention physique l'utilisation de toute méthode manuelle, tout dispositif physique ou mécanique qu'un individu ne peut ôter facilement et qui restreint sa liberté de mouvement ainsi que l'accès à son propre corps."

5. De son côté, le CDRH (Center for Devices and Radiologic Health), organisme dépendant de la FDA (Food and Drug Administration), indique la définition suivante (traduction par l'auteur de ce site) :

"Contention protectrice : un dispositif incluant, mais non limité, à un bracelet de poignet, un bracelet de cheville, un gilet, une mitaine, une veste droite, le maintien de l'ensemble du corps ou d'un membre, ou un autre type d'attache dont le but est médical et qui limite les mouvements du patient dans la mesure nécessaire pour effectuer le traitement, l'examen ou la protection du patient ou d'autres personnes."

6. Fromage (Fromage et al. 2003) donne la définition suivante, à notre avis la plus pertinente pour notre propos :

"L'ensemble des moyens physiques visant à retreindre partiellement ou complètement les mouvements d'une personne et qui nécessitent l'aide d'un tiers pour être enlevés. La contention suppose donc l'intervention d'un tiers à deux moments."

A noter qu'il n'est pas question ici du consentement éclairé de la personne soignée. Cette définition s'applique donc dans les deux cas : avec ou sans l'accord de la personne concernée.

7. Pour Berzlanovich (Berzlanovich et al. 2012), les termes de "mesures de restriction de liberté" ne peuvent être utilisés qu'en l'absence de consentement de la personne soignée ou même contre sa volonté.

B. Indications et modalités pratiques d'utilisation des MRL physiques ou mécaniques

1. Indications

Les deux principaux arguments retrouvés dans la littérature médicale et dans mon expérience sont les suivants :

a) risque de chute

b) comportements d’agitation compromettant la sécurité ou la qualité des soins

c) déambulation excessive, ce qui est sujet à caution

Nous reviendrons ci-après sur ces aspects.

2. Modalités pratiques d'utilisation

a) Au fauteuil, elles consistent le plus souvent en ceintures de maintien, abdominales ou pelviennes. Elles peuvent aussi être réalisées à l'aide de vestes, de gilets ou de harnais, ou bien de vêtements ou encore de draps détournés de leur utilisation habituelle. Un fauteuil à assise profonde peut être utilisé pour rendre impossible toute tentative de retour à la station debout. D’autres pratiques consistent à bloquer les repose-bras d’un fauteuil sous une table ou encore à rabattre un adaptable sur les cuisses. Le fauteuil peut être fixé de manière à ne pas être déplacé, par exemple attaché à un radiateur. Pour Hamers (Hamers, 2005), une ceinture ou une table sont les artifices les plus utilisés pour la contention physique en position assise.

b) Au lit, ce sont surtout des barrières de lit qui sont utilisées, mais aussi plus rarement des sangles ou ceintures abdominales. Voir en anglais le site (possibilité de demander le catalogue) : http://www.posey.com A domicile, une technique souvent employée consiste à border étroitement le lit en plaçant le pan du drap supérieur et d'une ou de plusieurs couvertures sous le matelas de manière suffisamment inamovible pour immobiliser la personne déjà alitée. Les lits de type Alzheimer, qui peuvent être abaissés davantage que les lits habituels (sommier se trouvant environ à 15 cm du sol), peuvent constituer une contention par l’impossibilité de se lever. Une équipe (Willery et al, 2011) propose le système SECURIDRAP* qui consite dans un habillage au lit fixé aux partis mobiles du lit.

Pour Hélou (Hélou et al. 2006), la mise en place d'une seule barrière aidant le patient à s'asseoir n'est pas considérée comme une contention, à condition que le lit ne soit pas placé immédiatement contre le mur opposé. Il en serait de même si la mise en place de deux barrières est souhaitée et demandée par le patient lui-même. Pour Hamers (Hamers, 2005), une ceinture ou des barrières de lit sont les artifices les plus utilisés en position de décubitus.

Pour notre part, nous utilisons les barrières pour permettre au résident s'asseoir et surtout pour lui autoriser de se tourner dans le lit. Bien sûr si le résident doit être informé et consentir à cette mesure. Il convient toutefois d'être prudent quant à l'accord du patient qui acquiescera parfois à contre cœur avec une phrase fataliste fréquente telle que : "s'il me les faut, mettez-les" ou bien : "si l'on fait ainsi ici, faites-le."

c) Dans les deux situations décrites ci-dessus, le patient peut subir une contention au niveau d'un ou des deux membres supérieurs sous la forme d'une attelle ou d'un bracelet. Cette éventualité est fréquente lors de soins aigus ou bien au cours d'une affection intercurrente, le plus souvent pour sécuriser un dispositif de perfusion intraveineuse, en particulier périphérique. Mais la sauvegarde d'un autre dispositif motive parfois leur emploi : sonde urinaire, sonde nasogastrique, poche de colostomie, sonde d'intubation trachéale, sonde de trachéotomie, sonde nasopharyngée ou lunettes nasales pour oxygénothérapie en ventilation spontanée, pansement, suture chirurgicale, drain, lame, cathéter veineux périphérique ou central, cathéter artériel, sonde d'entraînement électrosystolique. Leur utilisation est toujours discutable, souvent inutile pour Leith (Leith BA, 1999). Des mitaines ont été utilisées au cours des épisodes de prurit pour éviter les lésions de grattage, ou encore pour éviter l'arrachage des vêtements ou des dispositifs palliatifs utilisés dans la prise en charge de l'incontinence urinaire et/ou fécale. Si l'on s'en tient à la définition de l'ANAES d'octobre 2000 ("dispositif physique ou mécanique qu'un individu ne peut ôter facilement et qui restreint sa liberté de mouvement ainsi que l'accès à son propre corps"), il convient d'inclure aussi les grenouillères : voir par exemple AMIBIS.

Tableau 1 :

Localisation anatomique de la contention physique

Modalité de contention

Indications et justifications

 

main

mitaine

éviter les lésions de grattage au cours des épisodes de prurit, éviter l'arrachage des vêtements ou des dispositifs palliatifs utilisés dans la prise en charge de l'incontinence urinaire et/ou fécale.

 

poignet

bracelet

éviter l'arrachage d'une perfusion ou d'un autre dispositif invasif (Galindo-Ciocon, 1993) (Leith et al. 1999) : sonde urinaire, sonde nasogastrique, poche de colostomie, sonde d'intubation trachéale, sonde de trachéotomie, sonde nasopharyngée ou lunettes nasales pour oxygénothérapie en ventilation spontanée, pansement, suture chirurgicale, cathéter veineux périphérique ou central. Ajoutons-y : drain, lame, cathéter artériel, sonde d'entraînement électrosystolique.

 

membre supérieur

attelles

maintien d'une perfusion intraveineuse.

 

cage thoracique

veste, gilet, ceinture abdominale placée sous les aisselles,

maintien forcé au fauteuil, maintien du buste par la veste en cas d'incapacité à maintenir la rectitude du tronc. Dans une enquête effectuée en 1998 en Australie, Retsas (Retsas et al. (2), 1998) retrouve que la veste est le moyen de contention le plus utilisé en institution (25,3 % des cas parmi 2516 personnes âgées contenues par des moyens physiques).

 

latéralement sur l'ensemble du corps

barrières de lit, ridelles (au Québec), côtés de lit,

risque de chute du lit lors d'un mouvement nocturne ou d'une tentative pour se lever. Une autre justification est la demande du patient quant à son autonomie pour se mobiliser. En effet, certains résidents s'aident des barrières avec leurs membres supérieurs, en particulier pour le maintien et les retournements du corps lors des soins ou encore pour disposer des objets : commande du lit, sonnette. Cette dernière possibilité est souvent appréciée positivement par les soignants.

 

abdomen

ceinture abdominale ou drap,

maintien forcé au fauteuil.

 

pelvis

ceinture pelvienne,

maintien forcé au fauteuil, possibilité de dissimulation sous les habits, préservation de la liberté de la partie supérieure du corps, possibilité de s'aider de ce dispositif pour les transferts passifs ou assistés.

 

au-dessus des cuisses

table ou adaptable fixés ou bloqués en regard du fauteuil ou de la chaise, barre de maintien au fauteuil, butée centrale sur le siège, inclinaison postérieure de l'assise.

maintien forcé au fauteuil par impossibilité de se lever.

 

face postérieure des cuisses et creux poplités

traversin fixé dans un drap, au fauteuil, sous les genoux,

pourrait limiter le glissement (Benteyn et al. 2000)

 

chevilles

attaches sous la forme de bracelets

malade agité, en particulier en soins aigus, ou bien pour une attitude agressive utilisant les membres inférieurs

 

toutes localisations

attaches, courroies, bandes,

attaches possibles au niveau des jambes, bras ou taille (Lejeune et al. 2000)

 

lit de type Alzheimer,

impossibilité de se lever du lit

 

grenouillère , système SECURIDRAP*

éviter le déshabillage itératif et manipulation des excrétions.

 

contentions physiques atypiques "cachées" ou "déguisées"

souliers enlevés, lunettes ôtées, canne ou déambulateur enlevés.

limiter ou empêcher la mobilité.

 

C. Glossaire

Du fait du grand nombre de publications sur ce thème en langue anglaise, nous fournissons un court glossaire ci-dessous pour faciliter leur lecture.

Tableau 2 :

En anglais (ou américain)

En français

anklet

bracelet de cheville

armchair

fauteuil

bed

lit

bedrails

barrières de lit, ridelles (au Québec), côtés de lit

belt

ceinture

crotch

dispositif intéressant l'entrecuisse

elderly

personne âgée

death

mort, décès

fall

chute

harness

harnais

lap boards

barres de maintien au fauteuil

mechanical restraints

physical restraints

contentions physiques

mitt

mitaine

pharmacological restraints

contentions médicamenteuses

psychotropic drugs

psychotropic medications

médicaments psychotropes

restraints

contentions (dans ce contexte)

to tie down

attacher

seclusion

isolement

sheet

ici : drap

strap

attache, sangle.

suit

ici : ensemble vestimentaire complet (combinaison)

vest

gilet

wandering

déambulation

wrist

poignet

wristlet

bracelet

D. Propositions de classification des contentions physiques par l'auteur de ce site

Tableau 3 :

selon la volonté du patient

contention demandée par le patient ("je veux ma ceinture") telle une ceinture de sécurité d'une automobile : contention douce ?

contention acceptée par le patient ("il paraît qu'il me la faut")

contention refusée par le patient ("enlevez moi ça !")

selon la situation du patient

contention au fauteuil

contention au lit

selon l'apparence de la contention

contention sous la forme d'un dispositif apparent : ceinture, harnais...

contention "déguisée" ou indirecte : lit ou fauteuil dont il est impossible de s'extraire ou de se relever.

selon les grandes indications retenues par l'algorithme de l'ANAES en octobre 2000 (page 29) et par l'algorithme des recommandations de bonnes pratiques de soins en EHPAD en octobre 2007.

risque de chutes (à notre avis indication excessive). Je lui préfère : chutes fréquentes, graves, immédiates dès le lever du fauteuil

déambulation excessive (à notre avis indication excessive)

agitation  (à notre avis indication excessive)

agressivité (à notre avis indication excessive)

selon la situation du service de soins

nombre insuffisant de personnels

formation insuffisante des personnels, en particulier dans la méconnaissance des recommandations

E. Prévalence de la contention physique au fauteuil

1. Evaluation dans le service de Soins de Longue Durée du Centre Hospitalier d'Albi

Graphique 1. Usage de la contention au fauteuil par une ceinture pelvienne le 31 octobre 2005 et le 12 juin 2008 dans le service de Soins de Longue Durée du Centre Hospitalier d'Albi.

en bleu : contenus

en violet : non contenus

(purple : those who must be restrained on their armchair, blue : those who are restrained by the mean of a restraining belt.)

2. Selon l'ANAES (Agence Nationale d'Accréditation et d'Évaluation en Santé, référentiel d'octobre 2000 déjà cité), en établissement de long séjour pour personnes âgées, la prévalence de la contention variait de 19 à 84,6 %.

3. Commentaires

Il est de bon ton de condamner toute forme de contention physique ou médicamenteuse chez les personnes âgées. Pourtant, il est plus facile d'être affirmatif sur ce point dans des conférences ou des écrits sur l'éthique que d'avoir une attitude satisfaisante sur le terrain. Cet objectif de libération de nos personnes âgées doit être d'abord poursuivi comme un idéal. En effet, si la question ne devrait pas se poser quand le patient peut déambuler, le problème est plus complexe lorsqu'il s'agit de personnes dont le simple maintien au fauteuil est malaisé et présente un risque de chute passive ou encore de chute immédiate à la moindre tentative spontanée de passage de la position assise à la position debout. Ainsi, la quasi-totalité des résidents de notre service sont "levés" ou plutôt assis au fauteuil de manière quotidienne. Une conséquence de cette politique est la nécessité d'un maintien adapté pour certains d'entre eux du fait d'une chute passive ou active immédiatement après le lever du fauteuil. Cette situation est pour nous la seule indication de la contention, au moins de manière transitoire.

La pression de la famille et des soignants va souvent dans le sens d'attacher par peur de la chute, par objectif sécuritaire, par culpabilité et par crainte des poursuites médico-légales. La famille pourra nous dire : "là où elle était, on l'attachait". Cette attitude est retrouvée par Koopmans (Koopmans et al. 1998). Cet auteur avait envoyé un questionnaire aux familles des résidents concernant les contentions. Une majorité de réponses préférait la sécurité pourtant discutable à la liberté de leur parent.

Les soignants pourront s'exprimer ainsi : "on n'est pas assez nombreux pour les surveiller", "la famille veut qu'on l'attache", "la famille va nous le reprocher", "cette résidente me fait peur".  

4. Eléments déterminant la prise de décision

a)    La volonté de la personne âgée doit toujours être recherchée, ce qui ne va pas encore de soi en pratique. C’est la dimension subjective trop souvent oubliée.

Notre attitude sera différente :

- si la personne âgée est en mesure de comprendre la situation et de s’exprimer, ne supporte pas la contention et souhaite explicitement ou implicitement prendre le risque d'une chute. Dans ce cas, nous n'avons pas légalement le droit de lui imposer une telle mesure (loi dite Kouchner du 4 mars 2002).

- ou à l’opposé si le dispositif est bien supporté, voire demandé par une personne qui s'y est accoutumée et dont la présence la rassure, comparable à une ceinture de sécurité en voiture. Aussi choquante soit-elle en apparence, cette dernière considération n'est pas la justification d’une réalité insupportable, mais bien un désir clairement exprimé par nombre de personnes âgées.

b) L’aspect dynamique de la situation doit être considéré : une personne âgée temporairement malade ou venant de subir une intervention chirurgicale est susceptible de retrouver la marche et l’équilibre si ces fonctions étaient auparavant conservées. Même si le risque de chuter, voire la chute, est inévitable dans ces situations, la contention obérerait toute reprise de la marche. Il s'agit d'un risque à courir (balance bénéfice/risque) dont l'explication à la famille ou aux proches du résident est souvent laborieuse mais indispensable.

Il n’en est pas de même d’une personne parvenue aux stades avancés d’une démence déjà grevée d’un handicap lourd apparu progressivement et sans perspective d’amélioration, personne qui peut être indifférente à la contention. Le contexte est donc déterminant dans la conduite à tenir.

c) Toutes les solutions de substitution doivent être envisagées, sachant que les personnes qui reprendront une autonomie d’équilibre et de marche sont toujours exposées à subir une chute. Dans notre expérience, cette dernière est constante avant que la stabilité soit à nouveau retrouvée, y compris avec l’aide d’une réadaptation, en particulier après un épisode aigu intercurrent. L’analyse des causes, mécanismes et conséquences des chutes prend ici toute son importance. A ce propos, voir les recommandations de l’HAS d’avril 2009 : http://www.geriatrie-albi.fr/HAS_avril2009_chutes.pdf

e) Certains patients chutent sans conséquence car ils ont encore la possibilité d'amortir leur chute. D'autres tombent lourdement sans aucun réflexe parachute.

f) Le dispositif de maintien doit être spécifique, sûr, confortable et discret. Nous avons enfin réussi dès 1998 à bannir le drap de lit enroulé autour du tronc du résident, au même titre que l'utilisation de tout matériel non conforme, non homologué.

g) La contention, comme tout acte thérapeutique important doit devenir constamment d'indication médicale en accord avec les recommandations américaines (OBRA, 1987) et françaises (ANAES, 2000). Celle-ci implique une concertation préalable avec les autres membres de l'équipe soignante et des conversations sur ce thème avec la famille du résident. Ces entretiens sont indispensables. Toute décision dans ce domaine doit être considérée comme importante et ne devrait plus être prise de façon "sauvage". Il s’agit ici d’apprécier le rapport bénéfice-risque. La contention devrait être levée aussi souvent que possible.

h) Nous proposons le tableau suivant pour analyser les facteurs favorisant ou défavorisant la contention au fauteuil :

Tableau 4 :

 

 

favorisant la contention

défavorisant la contention

fauteuil

(Benteyn et al. 2000)

 

 

 

 

assise du fauteuil

plate, glissante, trop étroite, trop large ou trop profonde, trop dure, non réglable en inclinaison : ce dernier facteur est déterminant dans le confort et la stabilité passive du résident au fauteuil.

réglable en inclinaison et en hauteur, confortable

coussin sur l'assise

pas de coussin ou bien présence d'un coussin inconfortable, inadapté, glissant sur l'assise.

coussin confortable, prévu spécifiquement pour cet usage, avec répartition correcte de la pression (type antiescarres à plots ou alvéoles, au mieux de type ergonomique), ne glissant pas sur l'assise. Un dispositif antiglisse entre l'assise et le coussin peut être essayé mais il existe un risque de placement inversé qui entraîne une chute.

marchepied

dont la forme ne permet pas l'appui à plat des pieds, à réglage unidirectionnel, fixe en hauteur, autorisant la bascule du fauteuil en cas d'appui important du résident.

de volume régulier, réglable dans les plans de l'espace, escamotable en cas d'appui important du résident

repose-bras

non réglables en hauteur, permettant la glisse du membre supérieur entre le dossier du fauteuil et le repose-bras, durs, inconfortables

réglables, confortables, ne laissant pas d'espace significatif avec le dossier du fauteuil.

cale-troncs et cale-têtes

absents ou inadaptés

présents et réglables

stratégie de maintien au fauteuil

 

égale pour tous les résidents, de durée relativement longue

adaptée à chaque résident, éventuellement de durée très courte. Un malaise est toujours possible dans les minutes suivant la mise au fauteuil. L’hypotension orthostatique en est souvent la cause. La fatigue, quant à elle, survient parfois en quelques dizaines de minutes. Elle peut aller jusqu’à l’épuisement si la personne est maintenue malgré son apparition.

personnel

 

 

peu nombreux, peu formé

assez nombreux, sensibilisé, formé (Bradley et al. 1995) (Middleton et al. 1999), sensible à la responsabilité éthique, ayant de la dignité du résident une notion opposée à la contention

 

pas d'animation proposée

l'animation permet une occupation et une surveillance implicite dans l'intérêt des résidents

direction

 

peureuse, démagogue, incompétente, absente, faisant montre d’un clientélisme consistant à entériner toutes les craintes, des familles, y compris les peurs irrationnelles,

formée, dynamique, présente, à l’écoute, sensible à l’inconfort des résidents

familles

 

non informées des risques de la contention, absence d’adhésion à des objectifs, à un  « projet de vie », à une politique de service pourtant clairement communiquée, en particulier lors de l'entrée du résident

famille coopérante,  ouverte, souhaitant s’informer, entretenant des discussions fréquentes avec les professionnels de l’établissement.

F. Prévalence de la contention physique au lit

Ci-dessous la prévalence des barrières de lit dans le service.

Graphique 2. Utilisation barrières de lit dans le service le 4 décembre 2000, le 31 octobre 2005 et le 12 juin 2008. Bien qu’en évolution favorable, la contention au lit par des doubles barrières est encore trop fréquente.

Ci-dessous :

En blanc : deux barrières de lit

En bleu : pas de barrière

En violet : 1 barrière de lit

(white : those who must be restrained by two bedrails, blue : those who are never restrained by bedrails, purple : those who are retrained by one bedrail only.)

 

Parker et coll. (Parker et al. 1997) évoquent le risque mortel des barrières de lit. Les auteurs rapportent et décrivent le mécanisme de 74 cas mortels déclarés aux Etats-Unis pendant une période de quatre ans de 1993 à 1996 aux Etats-Unis. Pour notre part, nous avons constaté un décès consécutif à un crush syndrome par compression, les membres inférieurs étant restés bloqués dans les barrières.

Une variante peu connue du décès du patient entre une barrière de lit et le matelas est liée à l'utilisation  d'un matelas à air à gonflage intermittent. Cette situation a été jugée responsable de 21 décès d’après Miles (Miles, 2002). Le mécanisme en est une mauvaise position du malade qui se retrouve coincé contre la barrière lors du gonflement du matelas à air après qu’il ait glissé contre la barrière à la faveur d’un dégonflement.

De manière plus légère, nous avons dû soigner des dermatoses de contact liées au métal des barrières.

Comme dans le domaine de l'inefficacité des contentions, il est possible d'affiner sa connaissance des accidents en consultant la banque de données "MAUDE" (Manufacturer and User Facility Device Experience Database) du CDRH (Center for Devices and Radiologic Health) de tous les accidents survenus depuis 1990 qui ont fait objet d'une signalisation aux Etats-Unis.

Entre 1985 et 2005, la FDA (Food and Drug Administration) a enregistré 691 incidents ou accidents liés aux barrières de lit aux USA. Parmi eux, 120 ont été suivis de blessures non mortelles mais 413 ont entraîné la mort du patient. La plupart des malades étaient des personnes âgées fragiles et désorientées.

Ainsi, une brochure éditée par cet organisme, mise à jour en mars 2006, résume les avantages et risques de ces dispositifs :

Avantages 

·           aident pour se tourner et se positionner dans le lit,

·           permettent d’aider pour monter et descendre du lit,

·           procurent un sentiment de confort et de sécurité,

·           réduisent le risque de chute du lit lors des transports,

·           permettent d’accéder plus facilement aux commandes du lit et à des objets personnels.

Dangers et inconvénients 

·          étranglement, suffocation, blessure corporelle ou même décès quand les patients ou une partie de leur corps sont piégés entre les barres ou bien entre les barres et le matelas,

·          blessures sérieuses quand les patients enjambent les barrières et tombent du lit,

·          contusions cutanées, plaies et éraflures,

·          genèse de comportements d’agitation quand les barrières de lit sont utilisées comme des contentions,

·          sentiment d’isolement ou de limitation sans nécessité,

·          empêchement, pour les personnes qui sont aptes à sortir du lit, de se livrer aux activités habituelles de la vie quotidienne telles qu’aller à la salle de bains ou aller chercher quelque chose dans un placard.

Commentaires de l’auteur de ce site : cette brochure présente aussi les avantages de l’utilisation des barrières de lit, ce qui n'est pas habituel. Surtout, elle distingue nettement le cas où elles sont utilisées comme une contention. Il convient de souligner le risque de pendaison grave du malade lorsqu'un élément du corps demeure coincé dans les barrières alors que la partie la plus lourde de la personne se situe déjà à l'extérieur du lit.

En France, l'AFSSAPS (devenue ANSM en 2012) a publié en 2006 des recommandations concernant l'utilisation des barrières de lit.

Comment expliquer la difficulté à supprimer les barrières de lit ou à diminuer leur usage, même lorsqu’elles ne s’avèrent pas nécessaires ? Outre les avantages décrits ci-dessus, les barrières de lit équipent systématiquement les lits des résidents, contrairement à la contention au fauteuil qui doit être installée de surcroît. De plus, la surveillance d'un résident dans son lit est plus problématique car ce dernier se trouve par définition dans sa chambre, donc souvent hors de vue des soignants ou des visiteurs. La tentation de mettre en place un dispositif "de sécurité" sera donc plus grande. Pendant la nuit, les résidents se trouvent dans leur lit. Hors, cette période est la plus démunie en personnel, phénomène aggravant. Les barrières de lit permettent parfois de mieux caler un oreiller ou des coussins de confort. Par ailleurs, la majorité des résidents sont concernés par les barrières. Un effet "boule de neige" ou d'automatisme conduit donc à relever les barrières par principe, geste encore plus facile que l’installation de la contention au fauteuil. La prescription médicale est encore inconstante. Si elle est proposée, elle n'est pas pour autant honorée tant les habitudes et les craintes sont fortes. Contrairement aux recommandations, ce thème n’est pas encore toujours abordé avec le résident et sa famille. Enfin, leur aspect positif exposé plus haut (aide aux mobilisations, support d’objets …) joue aussi un rôle dans leur emploi.

G. Données de la littérature concernant la contention physique

1. La contention physique est-elle inévitable ?

Pour Janelli (Janelli et al. 1991), bien que l'on assiste à une diminution des contentions mécaniques et physiques en service de long séjour, il y aura toujours quelques patients qui nécessiteront ces mesures.

Pour notre part, nous ne savons pas encore répondre définitivement à cette question. Nous sommes seulement convaincus qu'une diminution significative peut encore être accomplie. Plusieurs facteurs devront y contribuer dans des domaines aussi différents que la prise en charge des pathologies initiales ou intercurrentes les fauteuils utilisés ou le choix réfléchi de la liberté du résident. Dans tous les cas, une politique trop rapide pourrait entraîner une réaction qui maintiendrait le statu quo.

Les recommandations de l'ANAES d'octobre 2000 sont certes discutables, en particulier dans l'arbre décisionnel de la page 29. Toutefois, elles représentent à ce jour une base indispensable, particulièrement pour inventorier les alternatives à la contention physique.

A noter des indications particulières à la Psychiatrie : contentions en urgence, crainte de voir le patient se suicider ou attenter à sa propre intégrité. Une surveillance permanente par vidéosurveillance ou présence d'une personne est obligatoire en secteur psychiatrique mais non en établissements pour personnes âgées en Allemagne (Berzlanovich  et al. 2012). Nous n'abordons pas ces aspects dans cette page.

2. Quelle est la prévalence des contentions physiques ?

Karlsson (Karlsson et al. 1998) relève vingt-neuf pour cent de patients avec contention physique dans les institutions suédoises étudiées par cet auteur. La contention serait moins fréquente en service chronique que dans les services de soins aigus (Bryant et coll.). A Queensland (Australie), Retsas (Retsas et al. 1997) retrouve 23,6% de patients contenus par des moyens physiques au moment de l'étude (1536 parmi 6500). Cet auteur établit une différence entre les contentions au fauteuil (ceintures de maintien : 23,7%) et les barrières de lit (38,2%). Evans fait état d'une prévalence variant de 6% à 86% (Evans et al. 1989). Castle (Castle, 2000) évoque une prévalence de 20% dans les "nursing homes", comparable à celle du Service de Soins de Longue Durée d'Albi à la même date. Le pourcentage de 32% est retrouvé par Magee (Magee et al. 1993), taux comparable à celui d'autres études au dire de cet auteur.

3. Quelles sont les raisons invoquées à l'origine de ces pratiques ?

a) La raison la plus souvent invoquée était la prévention des chutes dans l'étude de Retsas (Retsas et al. 1997), dans celle de Karlsson (Karlsson et al. 1998) ainsi que dans celle de Berzlanovich (Berzlanovich  et al. 2012).

Dans notre expérience, deux catégories de  chutes peuvent être observées au fauteuil et au lit : les chutes passives et les chutes actives.

Au fauteuil, les chutes passives sont surtout le fait de l'inconfort ou de la fatigue qui amènent le résident à glisser sur l'assise jusqu'à une position de chute sur le repose-pied. Ainsi, dans notre expérience, le maintien trop prolongé en position assise est-il une cause importante d'inconfort amenant le résident à chuter du fauteuil, généralement par glisse progressive sur l'assise.

Les chutes actives à partir du fauteuil sont le fait de résidents qui tentent de se lever ou de marcher alors qu'ils en sont incapables. Bien davantage que les troubles sensoriels, les troubles cognitifs nous semblent responsables de cette situation.

Au lit, la chute passive est liée à la désorientation spatiale qui empêche le patient d'apprécier sa position dans le lit. La chute active se produit quand le résident manifeste la volonté de descendre du lit malgré son incapacité à tenir debout ou à marcher.

b) Pour Hantikainen (Hantikainen, 1998), ce sont la protection et la sécurité des résidents, ou encore le fait de perturber les autres résidents, ainsi que l'agitation et l'agressivité qui justifient ces mesures. Ces notions sont reprises par l'ANAES en octobre 2000 dans son algorithme de la page 29 (format pdf) et confirmées sous une forme légèrement différente dans le document de la DGAS et de la SFGG d'octobre 2007 relatif aux bonnes pratiques de soins en EHPAD pour personnes âgées dépendantes.

d) Les capacités physiques et cognitives réduites de ces patients sont invoquées par Liukkonen (Liukkonen et al.  1994).

e) Sullivan-Marx (Sullivan-Marx et al. 1999) arrive à la conclusion que les deux facteurs prédictifs de la mise sous contention physique sont une altération cognitive sévère et le risque de chute.

f) Pour Hantikainen (Hantikainen, 1998), il convient d'ajouter le manque de compétence des infirmières, ainsi que la demande des résidents, de leur famille et des médecins.

Nous reproduisons ci-dessous les facteurs explicatifs que nous avons retrouvés dans la littérature et dans notre pratique.

Tableau 5 :

Eléments de justification de la contention physique ou bien corrélés avec elle

sécurité, protection et sécurité des de la personne soigéne, par exemple (Berzlanovich  et al. 2012) ou des autres résidents (nombreuses publications)

chutes (Magee et al. 1993) (Brungardt, 1994) (Schleenbaker et al. 1994) (Retsas (1), 1998) (Sullivan-Marx 1999) (Berzlanovich  et al. 2012)

agitation, agressivité (Carveth, 1995) (Brungardt, 1994) (Hantikainen, 1998), impulsivité (Schleenbaker et al. 1994)

perturbation des autres résidents (Hantikainen, 1998)

déambulation (Goldsmith et al. 1995) (Brungardt, 1994). Perturbation de l'environnement, crainte de voir la déambulation conduire le patient dément à l'épuisement, peur de la fugue et des ses conséquences médico-légales.

nécessité importante de soins : perfusion, transfusion, alimentation entérale ou parentérale (Perl et al. 1980) (Brungardt, 1994), soins dentaires (Shuman et al. 1996), risque d'ouverture d'une plaie suturée (Terpstra et al. 1998).

détérioration cognitive (Evans et al. 1989) (Magee et al. 1993) (Helmuth, 1995) (Schleenbaker et al. 1994) (Sullivan-Marx 1999)

demande des familles, des résidents, des médecins

mouvements involontaires amples, par exemple des myoclonies risquant d'entraîner une chute du fauteuil

méconnaissance de la législation, absence de législation (Kapp, 1995)

sous-évaluation de l'impact délétère des contentions (Lee et al. 1999)

absence d'une autre solution (Retsas (1), 1998)

pas de remise en cause de la situation existante, routine (Fradkin et al. 1999) (Lee et al. 1999) (Flood, 1995)

résidents plus âgés (Magee et al. 1993)

résidents nouveaux dans l'unité (Magee et al. 1993)

nombre de personnes âgées et de patients confus pris en charge par l'infirmière (Helmuth, 1995)

nombre de personnes âgées par unité de soin (Helmuth, 1995)

incapacité aux transferts (Schleenbaker et al. 1994)

incontinence (Helmuth, 1995)

traumatisme crânien (Schleenbaker et al. 1994)

accident vasculaire cérébral (Schleenbaker et al. 1994)

bas niveau d'indépendance fonctionnelle : score de la MIF à l'entrée (Schleenbaker et al. 1994)

sexe masculin (Schleenbaker et al. 1994)

infirmières ayant des attitudes négatives envers les personnes âgées (sic) : (Helmuth, 1995)

déni de la mort (Fromage et al. 2003)

risque de fugue hors de l'établissement (Berzlanovich  et al. 2012)

4. Quelle est l'efficacité de ces pratiques ?

Capezuti (Capezuti et al. 1998) conteste l'efficacité de la contention en terme de chutes et de blessures liées aux chutes. Des accidents d'inefficacité des contentions, parfois mortels, ont été décrits, surtout en réanimation. L'extubation ou la décanulation de la trachéotomie peuvent être à l'origine du décès du patient. Pour en savoir plus, consulter la banque de données "MAUDE" (Manufacturer and User Facility Device Experience Database) du CDRH (Center for Devices and Radiologic Health) de tous les accidents survenus depuis 1990 qui ont fait objet d'une signalisation aux Etats-Unis.

5. Quels sont les risques de ces pratiques ?

Pour le cas particulier des barrières de lit, on pourra se reporter au chapitre envisagé plus haut sur ce thème.

Tableau 6 :

Conséquences des contentions

Auteurs

Commentaires

décès du résident

Rubin et al. 1993, Palmer et al. 1999, Parker et al. 1997, Frank et al. 1996, Miles et al. 1992, Miles et al. 1993, Pedal et al. 1996, Rubin et al. 1993, FDA 2006, Berzlanovich  et al. 2012,

D'après Palmer (Palmer et al. 1999) et Miles (Miles et al. 1992), la fréquence approximative des décès dus aux contentions serait de 1 pour 1000 dans les "nursing homes". Le plus souvent sont impliqués : les vestes, les dispositifs inadéquats et les barrières de lit. Les personnes âgées sont retrouvées suspendues à leur fauteuil ou bien au lit. Pour Miles (Miles et al. 1992), l'analyse détaillée de 19 cas (parmi 122 cas mortels) montre que tous les patients décédés souffraient de démence sénile. Il convient de souligner le risque de pendaison grave du malade lorsqu'une partie du corps demeure coincée dans le fauteuil alors que la partie la plus lourde de la personne se situe déjà à l'extérieur du fauteuil. Parmi 27 353 autopsies pratiquées de 1997 à 2010 par l’Institut de Médicine Légale de Munich, Berzlanovich (Berzlanovich et al, 2012) retrouve 26 décès dans un contexte de contentions physiques. Trois cas concernaient des personnes décédées d’une cause étrangère aux contentions et une de suicide. Les 22 autres étaient causés par les contentions seules. La cause immédiate de la mort était une strangulation (11 cas), une compression thoracique (8 cas) ou une pendaison en position tête basse (3 cas). Parmi ces 22 patients, 19 étaient contenus de manière inadéquate incluant deux cas où un matériel non-conforme avait été utilisé. Une patiente vivant en établissement est décédée du fait d’une contention abdominale pourtant correctement mise en place : elle avait réussi à se glisser dans la ceinture et à provoquer une strangulation sans possibilité de se dégager.

augmentation du risque de chute

Arbesman et al. 1999 et de nombreuses publications

Arbesman et al. notent une augmentation du risque de chute qui est plus élevée après la mise en place de la contention physique.

sarcopénie, ankyloses articulaires

 

défaut de marche, seul exercice encore possible dans la plupart des situations de démence

traumatismes physiques

 

Les barrières de lit sont des éléments fréquemment traumatisants, soit lors des retournements passifs qui peuvent occasionner des traumatismes (les soignants disposent souvent un traversin en protection), soit lors de l'abaissement des barrières qui peuvent alors léser un membre, souvent caché par les couvertures, faisant issue hors du lit. Une compression par appui prolongé n'est pas rare. Des protections spéciales pour barrières de lit devraient être utilisées lorsque celles-ci représentent un danger. La chute en passant au-dessus les barrières de lit se fera d'une hauteur plus élevée. Voir en anglais le site (possibilité de demander le catalogue) : http://www.posey.com. L'inefficacité des dispositifs de contention (lâchage ou détachement d'une boucle de ceinture au fauteuil, ou bien décrochage d'une barrière de lit dont l'encliquetage n'est pas correct) peut être à l'origine de traumatismes par un faux sentiment de sécurité.

traumatisme psychique

Williams et al, 1997

 

agressivité

Ryden et al. 1999

corrélation mais lien incertain de causalité

douleur et épuisement

 

persistance d'une attitude forcée inconfortable en compression et cisaillement des parties molles pouvant mener à la constitution d'une escarre

colère, inconfort, révolte, et peur

Strumpf et al. 1988

le blocage du résident par une ceinture pelvienne l'oblige à garder la même position, au moins au niveau de l'assise.

moindre possibilité d'assurer les besoins élimination

 

Il est plus malaisé de "détacher" rapidement un résident afin de l'accompagner aux toilettes ou même de le placer sur un siège dédié à l'élimination.

perte de la marche

 

désapprentissage, "no use factor"

sentiments négatifs envers la contention

Hardin et al. 1993

52% des patients interrogés étaient opposés à leur contention. Ce chiffre est considérable. A contrario, il laisse supposer ce que nous observons en clinique : certains résidents ne semblent pas affectés par leur contention, ou même déclarent la souhaiter.

non-respect de la dignité du patient

Rateau, 2000

Cet auteur insiste sur l'information du patient et sur le respect de sa dignité. Ainsi est soulevé le problème rarement évoqué du consentement de la personne âgée à sa propre contention.

plus grande difficulté à dégager les personnes en cas d'incendie

 

 

autres accidents : hyperthermie, rhabdomyolyse, lésions du plexus brachial, thrombose des veines axillaires, neuropathie par compression, insuffisance rénale, trouble du rythme induit par le stress, strangulation

Capezuti et al. 1999

Revue de la littérature

6. Quelles sont les propositions pour réduire la fréquence des contentions physiques ?

Une démarche indispensable consiste dans une évaluation précise du rapport bénéfice/risque et du consentement éclairé de la personne concernée. Une réunion pluridisciplinaire incluant tous les acteurs de soins, en particulier le médecin et le kinésithérapeute, est indispensable. La consultation de la famille et des proches devrait aller de soi. Après formation de l’ensemble du personnel, on pourra débuter une politique de libération en commençant par les cas les plus faciles. En effet, un ou des échecs à l’initiation de cette démarche peuvent compromettre la pérennité du processus. Il faudra donc savoir être patient tout en restant déterminé. A contrario, rien ne peut être entrepris isolément, quelle que soit la profession concernée.

Il convient avant tout de comprendre les raisons pour lesquelles le patient souhaite quitter son fauteuil ou son lit et se mettre en danger. Ainsi, on anticipera  des facteurs tels que la faim, la soif, le besoin d’élimination, une agitation, la douleur ou une autre cause de perturbation.

Werner (Werner et coll.(2) propose d'aménager l'environnement de la personne âgée, par exemple en modifiant les fauteuils roulants et les sièges habituels, et insiste sur la nécessité d'une approche individuelle. Schleenbaker (Schleenbaker et al. 1994) fait état de prescriptions écrites concernant la contention.

Dans notre expérience, une décision médicale écrite, consécutive à une démarche pluridisciplinaire, remise en question en cas de doute, a pu diminuer le taux des contentions au fauteuil et modifier la nature des contentions au profit de dispositifs spécialement dédiés. En soins de longue durée ou en EHPAD, nous remettons en cause la recommandation d’une prescription médicale journalière des contentions telle qu'elle est formulée dans les recommandations de l'ANAES, malgré tout nuancée dans le critère 10 des recommandations de bonnes pratiques de soins en EHPAD en octobre 2007. Une telle mesure nous semble impossible à appliquer du fait du nombre élevé de résidents et du faible temps médical, en particulier celui concernant la coordination.

Hardin (Hardin et al. 1994) évoque l'augmentation de la taille des équipes soignantes comme l'item d'alternative à la contention qui est le plus souvent cité. Cette notion est retrouvée par Hantikainen (Hantikainen et al. 1998).

Phillips (Phillips et al. 2000) ne retrouve pas de différence significative dans la prévalence des contentions physiques entre les unités spécialisées dans la maladie d'Alzheimer (SCU : special care unit) et les unités traditionnelles d'hébergement. Par contre, l'utilisation de psychotropes était plus large en SCU. Ceci n'est pas l'opinion de Bellelli (Bellelli et al. 1998) qui fait état d'une réduction globale des comportements perturbateurs, ainsi que d'une diminution des contentions par psychotropes et moyens physiques dans ces unités. Vogelpohl (Vogelpohl et al. 1997) propose d'étudier l'état affectif et les comportements des patients, mais aussi ceux des intervenants. Une action à ces niveaux produirait des résultats positifs surprenants.

Neufeld (Neufeld et al. 1995) propose de développer des programmes de formation des personnels des "nursing homes". Cet auteur admet implicitement la durée élevée de ce processus, ainsi que les moyens relativement importants à mettre en œuvre : ateliers de deux jours, matériel vidéo, écrits, consultations cliniques par téléphone et sur site, coordination d'une équipe multidisciplinaire, conceptions innovantes, suivi pendant deux ans. Sundel (Sundel et al. 1994) propose la même option.

Evans (Evans et al. 1995) propose une expérience originale de musicothérapie.

Pour Schott-Baer (Schott-Baer et coll, 1995), les diversions (voir aussi Magee et al. 1993), la présence de membres de la famille, ainsi que les chaises inclinables pourraient constituer des alternatives. En 1987, la législation change aux USA : les résidents des maisons de retraite médicalisées (nursing homes) ont désormais le droit d'être libres de toute contention physique ou chimique si elle n'est pas requise pour traiter un symptôme médical (Janelli et al. 1994) (Lipson, 1994).

Watson (Watson et al. 1994) propose que les facteurs de risque de chute soient évalués pour diminuer la fréquence des contentions. Michello (Michello et al. 1993) propose des adaptations de l'environnement telles qu'alarmes et coussins pour que les personnes âgées soient correctement installées.

Dans le cadre de l'évaluation des bonnes pratiques, l'HAS propose en 2006 un compte-rendu et des éléments d'audit dans ce domaine.

En 2008, Tinetti (Tinetti et al, 2008) rapporte les effets positifs d'un programme de formation des soignants (médecins ou non) dans la prévention des chutes.

La disposition architecturale des locaux pourrait jouer un rôle dans le pourcentage relativement bas de nos contentions au fauteuil. La proportion des patients contenus est moindre dans les lieux où le personnel soignant peut exercer une surveillance visuelle des résidents. Cette donnée pourrait expliquer, au moins en partie, les différences entre nos secteurs d'hébergement et de soins le 1er décembre 2000 :

- 11 résidents contenus parmi les 43 présents dans les anciens secteurs à surveillance visuelle difficile,

- 5 résidents contenus parmi les 47 présents dans les nouveaux secteurs à surveillance visuelle plus aisée.

Dans le contexte des contentions en général, on pourrait envisager la permanence de la présence d'un membre de la famille du résident. Cette solution est rarement envisageable et pourtant réelle à domicile. Elle peut conduire rapidement à l'épuisement des aidants familiaux. Idem pour les soignants dans la situation de ce début du 21ème siècle.

Une alternative aux barrières est représentée par des dispositifs évitant les traumatismes à leur contact. Toutefois, ce "rembourrage" peut constituer des boudins gênant l'abaissement des barrières lorsque celles-ci se plient. D'autres propositions ont été émises :

- utilisation de plus en plus répandue d'un lit de type Alzheimer qui peut s'abaisser jusqu'à 15 cm du sol et se relever pour permettre des soins au lit plus aisés que lorsque l'on doit disposer un matelas au sol,

- filet entourant les côtés de lit,

- filet entourant le lit,

- drap muni de lanières, posé sous le matelas et entourant les barrières,

- possibilité de matelas au sol, le long du lit, ce dernier étant disposé contre le mur du côté opposé au matelas,

- tapis antichute, moins instable que le matelas standard quand le résident marche dessus,

- lumière demeurant allumée pour éviter la privation visuelle ajoutée à la déafférentation sensitive,

- matelas du résident directement sur le sol, ou encore disposé sur un sommier bas.

Pour notre part, nous utilisons les mesures suivantes pour les personnes qui chutent du lit :


- le lit au plus bas de type Alzheimer avec ou sans ablation des barrières :

Avantages : maintien de la personne dans une situation habituelle de la vie, moindre difficulté pour les personnels soignants.
Inconvénient : cette mesure n'empêche pas les chutes des personnes instables sur le sol de la chambre, surface glissante et dure s’ils sont à même de se relever du sol.

- nous avons mis éventuellement en place des tapis de sol de type "gymnastique" à côté du lit :

Avantages : diminueraient la gravité des chutes, permettraient un meilleur maintien de la sensibilité plantaire qu’un matelas de lit : un facteur indispensable pour conserver l'équilibre. Leur couleur est vive, facteur bénéfique si une lumière est demeurée allumée. De plus, ces tapis possèdent une épaisseur moindre qu'un matelas normal, d'où une moindre induction de chutes par l'obstacle constitué par les bords.
Inconvénient :   il conviendra de choisir un matériel relativement léger car leur poids élevé est un obstacle à leur utilisation. Leur rebord, même peu épais (2, 4 ou 5 centimètres par exemple), constitue malgré tout un obstacle potentiel. Le paradoxe voudrait que le fait de pouvoir conserver la position debout occasionne secondairement une chute.

- un matelas de lit au sol à côté du lit :

Avantage : diminue significativement la gravité des chutes surtout quand les barrières de lit sont en position relevée. Il est plus léger que certains tapis de sol.
Inconvénients : un matelas de lit représente un obstacle supplémentaire si la personne âgée déambule après la descente du lit. Sa couleur est neutre, ce qui représente un facteur qui aggrave son repérage dans l'obscurité. Sa consistance et son épaisseur sont des facteurs de chute par instabilité lorsque le résident va vouloir se tenir debout sur le matelas, exercice déjà difficile pour un adulte sain.


- le matelas au sol seul dans la chambre ou bien deux matelas juxtaposés :

Avantages : cette mesure diminue ou annule la fréquence et la gravité des chutes.
Inconvénients : elle est parfois difficile à faire admettre par les familles du fait d'une représentation évocatrice de l'animalisation. Pour les personnels soignants, cette disposition représente une plus grande difficulté pour accomplir les soins quotidiens car elle nécessite un travail permanent au sol.


- la contention au lit par une ou des ceintures :

Selon Berzlanovich (Berzlanovich et al, 2012), les ceintures abdominales pour maintien au lit sont la cause la plus fréquente de décès par contentions. Sur une série de 26 personnes  autopsiées après décès par contentions, ces dispositifs ont été jugés responsables de la mort dans 22 cas.

Une seule résidente a ainsi "maintenue" au cours de mes 18 ans et demi d'exercice en soins de longue durée.
La contention au lit présente des risques particulièrement élevés. Attention au serrage irréversible par la ceinture abdominale (voir graphique ci-dessous).

Le matériel de contention doit être fixé aux parties qui bougent avec le malade (recommandations de l'ANAES d'octobre 2000). En aucun cas le matériel de contention ne doit être solidarisé avec des parties fixes du lit alors que le patient peut être mobilisé : exemple du dossier qui se relève ou encore d'une fixation sur la base du lit alors que le sommier peut être mobilisé vers le haut.

 Graphique 3. Positionnement d'une ceinture de maintien au lit.

Selon Willery (Willery et al, 2011), ce système n'est pas dénué d'effets indésirables : le patient se trouve en situation de danger menaçant son pronostic vital dans 5 cas sur 60.

7. Quelle est l'efficacité des mesures visant à diminuer la fréquence des contentions physiques ?

Powell (Powell et al. 1989), trouve que la réduction conséquente des contentions physiques n'a pas causé d'augmentation significative de l'incidence des chutes. Pour Neufeld (Neufeld et al. 1999), la diminution de 90 % des contentions, conjuguée à une formation des équipes, s'est accompagnée d'une augmentation de l'incidence des chutes et des blessures mineures. Par contre, la sévérité des blessures qualifiées de modérées à sérieuses a diminué de manière significative. L'efficacité des programmes de libération des résidents pourrait être plus grande auprès des personnels qui sont les mieux formés et les plus anciens (Werner et al. 1994(1)). Ces programmes nécessitent une programmation et du temps : il s'agit de changer des attitudes, des croyances, des pratiques ainsi que la politique de l'institution (Janelli et al. 1994). Pour Ejaz (Ejaz et al. 1994), le programme débutait dans une seule unité à la fois et s'intéressait aux patients au cas par cas. La plupart des résidents pouvaient être libérés dans un délai de quinze jours. La période d'application proprement dite allait de quatre mois à plus d'un an. Ejaz, comme Neufeld (Neufeld et al. 1999), retrouve une augmentation de l'incidence des blessures "non sérieuses" : de 1,87% des résidents tombant chaque semaine à 3,01% après l'intervention, rejoignant ainsi le taux de chute du groupe contrôle. C'est, pour Ejaz, le "risque de la liberté".

8. Nous proposons le schéma décisionnel suivant pour la contention au fauteuil :

Graphique 4. Algorithme décisionnel proposé et mis en œuvre par le service de Soins de Longue Durée du Centre Hospitalier d'Albi (France)

9. Nous proposons le schéma décisionnel suivant pour la contention au lit :

Bien sûr, le lit sera le plus souvent disposé dans un angle de la chambre, toujours en position la plus abaissée possible. Ceci est désormais bien plus facile avec les lits de type Alzheimer dont le sommier s’abaisse à 15 cm du sol. Malheureusement, il n’est pas encore possible en 2008 de disposer largement de ce matériel.

Graphique 5. Proposition d'algorithme décisionnel pour la contention au lit si l'on ne dispose pas d'un lit de type Alzheimer.

10. Aspects médico-légaux  de la contention physique : 

En cas d'accident lié aux contentions, le tribunal pourra apprécier la responsabilité des soignants et de l'établissement de soins.

Cette situation demeure rare en 2013 du fait du faible nombre de cas mortels et de leur probable faible taux de déclaration. Les recommandations françaises serviraient de référence dans ce domaine : prescription médicale, traçabilité des symptômes, du diagnostic, de la démarche ayant conduit à la contention, à sa modalité et à sa durée, modalités de sa surveillance... Bien que le consentement de la personne ne soit pas requis, la concertation préalable avec la famille et les proches devra être rapportée par écrit.

A noter qu'en Allemagne,  toute mesure de restriction de liberté (MRL, en allemand : Freiheitsentziehende Maßnahmen), que nous appelons couramment “contention”, doit être approuvée par le représentant légalement désigné et dans tous les cas entérinée par un tribunal si son utilisation est régulière (par exemple chaque nuit) ou pour une longue durée (plus de deux jours) (Berzlanovich  et al. 2012). Ce n’est pas -encore- le cas en France. L'autorisation du tribunal allemand compétent ne signifie pas obligation d'utiliser les contentions. Ainsi, les maisons de retraite, les hôpitaux et d’autres institutions ont presque doublé leur nombre d’autorisations par un tribunal en Allemagne en l’espace d’une décade : de 52 536 en 2000 à 96 092 en 2009.

II. Les contentions architecturales

A. Définition

Elles pourraient être définies comme l'utilisation des locaux à des fins de réduction de la libre mobilité des personnes.

B. Modalités pratiques d'utilisation

1. Le cas le plus fréquent est l'enfermement du résident dans sa chambre. L'isolement du résident dans une pièce fermée est encore une pratique courante et cachée pendant la nuit chez des malades déments déambulants.

2. A un moindre degré, la limitation des déplacements à un secteur, un couloir ou une salle à manger est mieux admise par l'environnement humain du malade.

3. Les contentions électroniques peuvent être partiellement rangées dans ce chapitre. Elles sont encore peu développées. A mon avis, elles ne posent pas les mêmes problèmes éthiques que celles qui sont utilisées pour le contrôle des prisonniers si le consentement des personnes soignées peut être obtenu. Toutefois, leur efficacité et leur légitimité sont encore en question (Robinson et al, 2007).

C. Commentaires

Le développement des unités spécialisées dans la prise en charge de la maladie d'Alzheimer constitue la principale réponse à cette difficulté. Il existe toutefois un risque réel de ghetto si ces unités sont développées sans moyens et sans motivation des acteurs du terrain.

III. Les contentions pharmacologiques (ou médicamenteuses) utilisent des psychotropes, c'est à dire des médicaments psychoactifs

A. Définition

Elles pourraient être définies comme l'administration de médicaments dans le but de réduire la libre mobilité d'une personne.

B. Quels médicaments sont employés ?

Les classes suivantes de psychotropes ont été utilisées :

- les tranquillisants : surtout les carbamates et les benzodiazépines,

- les neuroleptiques, en particulier sédatifs,

- les antidépresseurs : surtout les antidépresseurs sédatifs tels que la miansérine.

C. Commentaires

Bien que cette pratique semble a priori discutable, elle est loin d'être exceptionnelle. De plus, certaines situations requièrent inévitablement l'administration de sédatifs sous la forme de tranquillisants, neuroleptiques ou antidépresseurs. Le rare cas de la personne désireuse de marcher alors que ses capacités sont manifestement insuffisantes nous en fournit un exemple. La contention physique refusée par le patient, et pourtant indispensable, nous semble alors devoir être souvent complétée par une sédation. Ceci pour des raisons humaines et éthiques. Pourtant, la frontière est floue entre la sédation bénéfique au patient et l'usage délibéré de médicaments pour soulager l'environnement humain, surtout en l'absence d'une architecture adaptée. Une analyse des pratiques habituelles dans un service couplée à l'examen de chaque prescription sont seules capables de distinguer une pratique thérapeutique normale d'une utilisation à des fins de contention (Mann et al, 2008) (Nurminen et al, 2009).

D. Données de la littérature concernant la contention pharmacologique

Selon Ray (Ray et al. 1993), 20% ou davantage parmi les résidents des "nursing homes" aux USA reçoivent des médications antipsychotiques, surtout pour les manifestations comportementales d'une démence. Afin de les réduire, cet auteur préconise la mise en place de programmes d'éducation des médecins, des infirmières et des autres membres des équipes. La substitution ferait surtout appel aux techniques comportementales.

Contention physique troquée contre contention pharmacologique ?

Intéressants résultats d’une étude (Konetzka et al, 2014) portant sur 809 645 résidents  de maisons de retraite aux USA. Ces personnes, hébergées de 1999 à 2008  souffraient de troubles cognitifs sévères. Heureusement les contentions physiques ont diminué en fréquence entre les deux dates considérées. Toutefois, l’utilisation des antipsychotiques s’est accrue, en particulier dans les établissements où la diminution des contentions physiques avait été rendue publique.

Cette étude a au moins le mérite de montrer le risque de troc de la nature des  contentions : de physiques, elles pourraient  devenir pharmacologiques, au moins si un lien de causalité pouvait  être établi entre l’ablation des unes et la prescription des autres.

IV. Les contentions psychologiques

A. Définition

Elles pourraient être définies par les injonctions collectives et répétées adressées à la personne en vue de réduire sa libre mobilité. Il est possible d'en rapprocher ce que l'on pourrait qualifier de "contention humaine" qui associe une contrainte physique humaine à des injonctions de restrictions de déplacements ou de mouvements. Dans ce cas, la personne est observée en permanence par un accompagnateur qui limite sa mobilité dans la crainte d'une chute.

B. Modalités pratiques d'utilisation

"Ne vous levez pas, vous allez tomber !"

"Restez assis !",

"Restez au lit !",

"C'est mouillé, n'y marchez pas !". "Si vous y marchez, il faudra que je repasse la serpillière !".

"Marchez doucement, vous allez tomber !",

"N'allez pas dehors, vous tomberez !".

La non prise en compte d'un état d'apathie avec régression psycho-motrice et  la réduction de la mobilité, surtout si des mesures thérapeutiques sont encore possibles, représentent une "contention par abstention" défavorable à la personne, mais jugée favorable pour l'environnement.

C. Commentaires

Seule une formation continue de l'ensemble des acteurs est susceptible de modifier ces attitudes. Il faudra encore de nombreuses années pour parvenir à ce but.

V. Les contentions : une situation anormale qui se prolonge

Au terme de ce court aperçu concernant les contentions, on peut s'interroger sur les raisons qui président à la persistance d'une situation anormale dans ce domaine.

a) la surprotection de la personne âgée est induite par le sentiment de sa grande vulnérabilité. Vouloir la protéger peut être compris comme une manifestation d'intérêt à son égard, intérêt plus grand que les contraintes imposées.

b) la culpabilité de la famille à l'égard du placement de son aîné peut l’amener à compenser abusivement ce sentiment par une attitude démonstrative parfois excessive visant à préserver la personne.

c) l'institution, parfois en concurrence avec d'autres établissements,  est souvent apeurée devant l'angoisse des familles. Comme nous en émettions le vœu en 2010 avec C. Réal Poiré, "l’institution du futur ne devra jamais empêcher le résident de vivre sa vie sous couvert de lui épargner la mort." Ainsi, les projets d’établissement et de service ne sont pas toujours explicites sur ce point. La pluridisciplinarité, tant réclamée ici et là, demeure encore embryonnaire dans un domaine où la concertation est indispensable.

d) la formation initiale des soignants n’a pas toujours fait état de cet aspect. La formation continue n’est pas forcément prolixe sur ce point.

e) l’évolution de la société a été rapide : l’intérêt porté à l’individu et à sa liberté est relativement nouveau (DUDH seulement en 1948 par exemple). Le flou quant à aux limites de la "bientraitance" et de la maltraitance entretiennent le doute sur la bonne conduite à tenir.

Conclusion

Le problème des contentions connaît un intérêt nouveau, dominé par les recommandations nationales et internationales, ainsi que par le développement des unités spécialisées dans la prise en charge et l'accompagnement des déments déambulants.

Références

Arbesman MC, Wright C. Mechanical restraints, rehabilitation therapies, and staffing adequacy as risk factors for falls in an elderly hospitalized population. Rehabil Nurs 1999 May-Jun;24(3):122-8.

Bellelli G, Frisoni GB, Bianchetti A, Boffelli S, Guerrini GB, Scotuzzi A, Ranieri P, Ritondale G, Guglielmi L, Fusari A, Raggi G, Gasparotti A, Gheza A, Nobili G, Trabucchi M . Special care units for demented patients: a multicenter study. Gerontologist 1998 Aug;38(4):456-62. Geriatric Research Group, Brescia, Italy. grg@master.cci.unibs.it

Benteyn I., Fusari S. Quels fauteuils pour nos aînés ? Expériences en ergothérapie, ed. Sauramps médical, 2000, pp 118-22.

Berzlanovich AM, Schöpfer J, Keil W. Deaths due to physical restraint. Dtsch Arztebl Int. 2012 Jan;109(3):27-32.

Bradley L, Siddique CM, Dufton B. Reducing the use of physical restraints in long-term care facilities. J Gerontol Nurs 1995 Sep;21(9):21-34.

Brungardt GS. Patient restraints: new guidelines for a less restrictive approach. Geriatrics 1994 Jun;49(6):43-4, 47-50.

Bryant H, Fernald L. Nursing knowledge and use of restraint alternatives: acute and chronic care. Geriatr Nurs 1997 Mar-Apr;18(2):57-60.

Capezuti E, Strumpf NE, Evans LK, Grisso JA, Maislin G. The relationship between physical restraint removal and falls and injuries among nursing home residents. J Gerontol A Biol Sci Med Sci 1998 Jan;53(1):M47-52.

Capezuti E, Talerico K. Suppression des contentions physiques, chutes et blessures. In Maladie d'Alzheimer : recherche et pratique Clinique, vol. 2, Ed Serdi, Paris, pp 287-305.

Carveth JA. Perceived patient deviance and avoidance by nurses. Nurs Res 1995 May-Jun;44(3):173-8.

Castle NG. Deficiency citations for physical restraint use in nursing homes. J Gerontol B Psychol Sci Soc Sci 2000 Jan;55(1):S33-40.

Ejaz FK, Jones JA, Rose MS. Falls among nursing home residents: an examination of incident reports before and after restraint reduction programs. J Am Geriatr Soc 1994 Sep;42(9):960-4

Evans LK; Strumpf NE . Tying down the elderly. A review of the literature on physical restraint. J Am Geriatr Soc, 37(1):65-74 1989 Jan.

Evans JM, Chutka DS, Fleming KC, Tangalos EG, Vittone J, Heathman JH. Medical care of nursing home residents. Mayo Clin Proc 1995 Jul;70(7):694-702.

Flood D. Innovations in dementia care. Int J Nurs Pract 1995 Nov;1(1):59-62.

Fradkin M, Kidron D, Hendel T. Israeli student nurses' attitudes about physical restraints in acute care settings. Geriatr Nurs 1999 Mar-Apr;20(2):101-5.

Frank C, Hodgetts G, Puxty J. Safety and efficacy of physical restraints for the elderly. Review of the evidence. Can Fam Physician 1996 Dec;42:2402-9.

Fromage B, Perardel M, Vasseur E, Gardey M-A. Contention des personnes âges, repères éthiques et droit au risque. NPG. Année 3.Mai-Juin 2003, 30-3.

Galindo-Ciocon DJ. Tube feeding: complications among the elderly. J Gerontol Nurs 1993 Jun;19(6):17-22.

Goldsmith SM, Hoeffer B, Rader J. Problematic wandering behavior in the cognitively impaired elderly. A single-subject case study. J Psychosoc Nurs Ment Health Serv 1995 Feb;33(2):6-12.

Hamers JP, Huizing AR. Why do we use physical restraints in the elderly? Z Gerontol Geriatr. 2005 Feb;38(1):19-25. Review.

Hantikainen V. Physical restraint: a descriptive study in Swiss nursing homes. Nurs Ethics 1998 Jul;5(4):330-46.

Hardin SB, Magee R, Vinson MH, Owen M, Hyatt E, Stratmann D. Patient and family perceptions of restraints. J Holist Nurs 1993 Dec;11(4):383-97.

Hardin SB, Magee R, Stratmann D, Vinson MH, Owen M, Hyatt EC. Extended care and nursing home staff attitudes toward restraints. Moderately positive attitudes exist. J Gerontol Nurs 1994 Mar;20(3):23-31.

Helmuth AM. Nurses' attitudes toward older persons on their use of physical restraints. Orthop Nurs 1995 Mar-Apr;14(2):43-51.

Hélou R, Rhalimi M. Chutes des personnes âgées. Exemple de gestion et de prévention du risque médical. Repères en Gériatrie. Février 2006. Vol 8, pp 56-59.

Janelli LM, Scherer YK, Kanski GW, Neary MA. What nursing staff members really know about physical restraints. Rehabil Nurs 1991 Nov-Dec;16(6):345-8.

Janelli LM, Kanski GW, Neary MA. Physical restraints: has OBRA made a difference ? J Gerontol Nurs 1994 Jun;20(6):17-21.

Kapp MB.  Restraining impaired elders in the home environment: legal, practical, and policy implications. J Case Manag 1995 Summer;4(2):54-9.

Karlsson S, Bucht G, Sandman PO. Physical restraints in geriatric care. Knowledge, attitudes and use. Scand J Caring Sci 1998;12(1):48-56.

Konetzka RT, Brauner DJ, Shega J, Werner RM. The effects of public reporting on physical restraints and antipsychotic use in nursing home residents with severe cognitive impairment. J Am Geriatr Soc. 2014 Mar;62(3):454-61.

Koopmans RT, Wiersma FS, Bouwsma M, van Engelen HG. [What carries more weight, safety or freedom? Contact persons on physical restraint of psychogeriatric nursing home patients] [Article in Dutch]. Verpleeghuis Joachim en Anna, zorgcentrum voor ouderen, Nijmegen. Tijdschr Gerontol Geriatr 1998 Apr; 29(2):67-73.

Lajeunesse Y. Entre théorie et pratique : une démarche d'utilisation des contentions physiques. La Revue de Gériatrie, tome 25, n°9, novembre 2000, pp 655-62.

Lee DT; Chan MC; Tam EP; Yeung WS. Use of physical restraints on elderly patients: an exploratory study of the perceptions of nurses in Hong Kong. J Adv Nurs, 29(1):153-9 1999 Jan.

Leith BA. Canadian critical care nurses and physical restraints. Off J Can Assoc Crit Care Nurs 1999 Spring;10(1):10-4.

Lipson S. The restraint-free approach to behavior problems in the nursing home. Md Med J 1994 Feb;43(2):155-7.

Liukkonen A, Laitinen P. Reasons for uses of physical restraint and alternatives to them in geriatric nursing: a questionnaire study among nursing staff.J Adv Nurs 1994 Jun;19(6):1082-7.

Magee R, Hyatt EC, Hardin SB, Stratmann D, Vinson MH, Owen M. Institutional policy: use of restraints in extended care and nursing homes. J Gerontol Nurs 1993 Apr;19(4):31-9.

Mann E, Meyer G. [Chemical restraints in nursing homes in the federal state Vorarlberg, Austria--an analysis of nursing home documentation according to legal obligation and suggestions for future improvement]. Wien Med Wochenschr. 2008;158(17-18):489-92.

Martinent E. De la contention de personnes en état de vulnérabilité. Revue Soins et gérontologie. Vol 18 - N° 103 - septembre 2013, pp 35-38.

Michello J, Neufeld RR, Mulvihill M, Libow LS. Nursing staff attitudes on the use of physical restraints in a teaching nursing home. Mt Sinai J Med 1993 Nov;60(6):560-4.

Middleton H, Keene RG, Johnson C, Elkins AD, Lee AE,. Physical and pharmacologic restraints in long-term care facilities. J Gerontol Nurs 1999 Jul;25(7):26-33.

Miles SH, Irvine P. Deaths caused by physical restraints. Gerontologist 1992 Dec;32(6):762-6.

Miles SH. Restraints and sudden death. J Am Geriatr Soc 1993 Sep;41(9):1013

Miles SH. Deaths between bedrails and air pressure mattresses. J Am Geriatr Soc. 2002 Jun;50(6):1124-5.

Neufeld RR, Libow LS, Foley W, White H. Can physically restrained nursing-home residents be untied safely ? Intervention and evaluation design. J Am Geriatr Soc 1995 Nov;43(11):1264-8.

Neufeld RR, Libow LS, Foley WJ, Dunbar JM, Cohen C, Breuer B. Restraint reduction reduces serious injuries among nursing home residents. J Am Geriatr Soc 1999 Oct;47(10):1202-7.

Nouvel F, Abric M, Jacquot JM. Les contentions et les dispositifs de protection sont-ils utiles chez les multi-chuteurs ? in La chute de la personne âgée, Problèmes de médecine de rééducation, éd. Masson, 1999.

Nurminen J, Puustinen J, Kukola M, Kivelä SL. The use of chemical restraints for older long-term hospital patients: a case report from Finland. J Elder Abuse Negl. 2009 Apr;21(2):89-104.

Palmer L, Abrams F, Carter D, Schluter WW. Reducing inappropriate restraint use in Colorado's long-term care facilities. Jt Comm J Qual Improv 1999 Feb;25(2):78-94. Colorado Foundation for Medical Care, Denver 80217, USA. copro.lpalmer@sdps.org

Parker K, Miles SH. Deaths caused by bedrails. J Am Geriatr Soc 1997 Jul;45(7):797-802

Pedal I, Mattern R, Reibold R, Schmidt V, Oehmichen M, Gerling I, Wilske J. [Sudden fatalities in mechanically restrained patients].[Article in German]. Z Gerontol Geriatr 1996. May-Jun;29(3):180-4.

Perl M, Hall RC, Dudrick SJ, Englert DM, Stickney SK, Gardner ER. Psychological aspects of long-term home hyperalimentation. Parenter Enteral Nutr 1980 Nov-Dec;4(6):554-60.

Phillips CD, Spry KM, Sloane PD, Hawes C. Use of physical restraints and psychotropic medications in Alzheimer special care units in nursing homes. Am J Public Health 2000 Jan;90(1):92-6. cphillips@myersri.com

Powell C; Mitchell-Pedersen L; Fingerote E; Edmund L. Freedom from restraint: consequences of reducing physical restraints in the management of the elderly. CMAJ, 141(6):561-4 1989 Sep 15.

Rateau MR. Confusion and aggression in restrained elderly persons undergoing hip repair surgery. Appl Nurs Res 2000 Feb;13(1):50-4. Robertrateau@earthlink.com

Ray WA, Taylor JA, Meador KG, Lichtenstein MJ, Griffin MR, Fought R, Adams ML, Blazer DG. Reducing antipsychotic drug use in nursing homes. A controlled trial of provider education. Arch Intern Med 1993 Mar 22;153(6):713-21.

Retsas AP, Crabbe H. Breaking loose. Use of physical restraints in nursing homes in Queensland, Australia. Collegian 1997 Oct;4(4):14-21.

Retsas AP (1). Survey findings describing the use of physical restraints in nursing homes in Victoria, Australia. Int J Nurs Stud 1998 Jun;35(3):184-91

Retsas AP (2), Crabbe H. Use of physical restraints in nursing homes in New South Wales, Australia. Int J Nurs Stud 1998 Jun;35(3):177-83. RMIT University of Austin, Melbourne, Australia. andrew.retsas@rmit.edu.au

Robinson L, Hutchings D, Dickinson HO, Corner L, Beyer F, Finch T, Hughes J, Vanoli A, Ballard C, Bond J. Effectiveness and acceptability of non-pharmacological interventions to reduce wandering in dementia: a systematic review. Int J Geriatr Psychiatry. 2007 Jan;22(1):9-22. Review.

Rubin BS, Dube AH, Mitchell EK. Asphyxial deaths due to physical restraint. A case series. Arch Fam Med 1993 Apr;2(4):405-8.

Ryden MB, Feldt KS, Oh HL, Brand K, Warne M, Weber E, Nelson J, Gross C. Relationships between aggressive behavior in cognitively impaired nursing home residents and use of restraints, psychoactive drugs, and secured units. Arch Psychiatr Nurs 1999 Aug;13(4):170-8.

Schleenbaker RE, McDowell SM, Moore RW, Costich JF, Prater G. Restraint use in inpatient rehabilitation: incidence, predictors, and implications. Arch Phys Med Rehabil 1994 Apr;75(4):427-30

Schott-Baer D, Lusis S, Beauregard K. Use of restraints; changes in nurses' attitudes. J Gerontol Nurs 1995 Feb;21(2):39-44.

Shuman SK, Bebeau MJ. Ethical issues in nursing home care: practice guidelines for difficult situations. Spec Care Dentist 1996 Jul-Aug;16(4):170-6.

Strumpf NE; Evans LK. Physical restraint of the hospitalized elderly: perceptions of patients and nurses. Nurs Res, 37(3):132-7 1988 May-Jun.

Sullivan-Marx EM, Strumpf NE, Evans LK, Baumgarten M, Maislin G. Predictors of continued physical restraint use in nursing home residents following restraint reduction efforts. J Am Geriatr Soc 1999 Mar;47(3):342-8.

Sundel M, Garrett RM, Horn RD.  Restraint reduction in a nursing home and its impact on employee attitudes. J Am Geriatr Soc 1994 Apr;42(4):381-7.

Terpstra TL, Terpstra TL, Van Doren E. Reducing restraints: where to start. J Contin Educ Nurs 1998 Jan-Feb;29(1):10-6.

Tinetti ME, Baker DI, King M, Gottschalk M, Murphy TE, Acampora D, Carlin BP, Leo-Summers L, Allore HG. Effect of dissemination of evidence in reducing injuries from falls. N Engl J Med. 2008 Jul 17;359(3):252-61.

Vogelpohl TS, Beck CK. Affective Responses to Behavioral Interventions. Semin Clin Neuropsychiatry 1997 Apr;2(2):102-112.

Watson ME, Mayhew PA. Identifying fall risk factors in preparation for reducing the use of restraints. Medsurg Nurs 1994 Feb;3(1):25-8, 30, 35.

Werner P(1), Cohen-Mansfield J, Koroknay V, Braun J. Reducing restraints. Impact on staff attitudes. J Gerontol Nurs 1994 Dec;20(12):19-24.

Werner P (2), Koroknay V, Braun J, Cohen-Mansfield J. Individualized care alternatives used in the process of removing physical restraints in the nursing home. J Am Geriatr Soc 1994 Mar;42(3):321-5


Willery M, N’Gaido D, Camus F-E, Dujardin S. Le SECURIDRAP® : à propos d’un système de couchage de sécurité innovant pour les patients déments avec troubles du comportement. La Revue de Gériatire. Tome 36, n°3 mars 2011, pp145-52.


Williams CC, Finch CE. Physical restraint: not fit for woman, man, or beast. J Am Geriatr Soc. 1997 Jun;45(6):773-5.


 

Ecrire à l'auteur : pour Bernard Pradines

Retour à la page d'accueil